Protection parentale : 10 semaines

La Cour de cassation réaffirme la protection accordée aux salariés pendant les 10 semaines suivant la naissance de leur enfant contre les licenciements injustifiés. Elle a également déclaré nul un licenciement qui a été effectué en violation de cette protection.

Retrouvez la décision de la Cour de cassation du 27 septembre 2023 n°21-22.937

Par principe, un employeur ne peut pas rompre le contrat de travail d’un salarié pendant les dix semaines suivant la naissance de son enfant.

Par exception, l’employeur peut rompre le contrat de travail de ce salarié s’il justifie d’une faute grave commise par ce dernier ou de l’impossibilité de maintenir son contrat pour un motif étranger à l’arrivée de l’enfant.

Dans cette affaire, il a été décidé que le licenciement du salarié était nul car il n’était pas justifié par l’impossibilité de maintenir le contrat du salarié.

Les juges ont en effet considéré que les manquements professionnels objectifs de nature à causer un préjudice commercial à l’entreprise invoqués dans la lettre de licenciement ne rendaient pas le maintien du contrat de travail du salarié impossible pendant les 10 semaines qui ont suivi la naissance de son enfant.

Des questions ? Notre équipe juridique se tient à votre disposition !

Zest' Avocats vous recommande :

Rupture conventionnelle et vice du consentement de l’employeur Nullité de la rupture et requalification en démission !

Rupture conventionnelle et vice du consentement de l’employeur

Le salarié a sollicité une rupture conventionnelle auprès de son employeur. Il a justifié qu’il souhaitait effectuer une « reconversion dans le management ». L’employeur a accédé à sa demande. Ce dernier a découvert, plus tard, que le salarié avait en réalité pour projet de créer sa propre entreprise avec deux anciens salariés de la société et dans le même secteur d’activité que celle-ci.

Lire la suite