Licenciement justifié par l’obligation de sécurité de l’employeur

Propos à connotation sexuelle, insultants et dégradants à l’encontre d’autres salariés… Dans certains cas, le licenciement est justifié et légitimé par l’obligation de sécurité de l’employeur même si aucune sanction disciplinaire n’a été prise antérieurement !

Retour sur la décision de la Cour de cassation du 12 juin 2024, n°23-14.292.

1/ Rappel des faits

a- Contexte

Dans cette affaire, un salarié a tenu des propos à connotation sexuelle, insultants, humiliants et dégradants à l’encontre de plusieurs de ses collègues de sexe féminin.

Il a notamment indiqué, à l’égard de l’une d’elles, qu’elle « était une partouzeuse », « avait une belle chatte » et « aimait les femmes ». Il a également parlé en des termes salaces d’une autre collègue et de sa nouvelle relation.

b- Le licenciement du salarié

L’employeur, qui était au courant que ce salarié avait déjà, par le passé, tenu des propos similaires à l’égard d’autres salariées, a procédé à son licenciement pour faute.

Le salarié a contesté son licenciement.

2/ Décision de la Cour

a- La Cour d'appel

La Cour d’appel de Grenoble lui a donné gain de cause considérant que son licenciement était disproportionné au regard des circonstances ci-dessous et donc dépourvu de cause réelle et sérieuse.

  • Le salarié avait tenu, par le passé, des propos similaires, à connotation sexuelle, insultants et dégradants, à l’encontre d’autres salariés ;
    Sa hiérarchie en avait été informée mais ne l’a pas sanctionné.
  • L’employeur a envisagé initialement une sanction moindre (mise à pied disciplinaire) au titre des nouveaux faits similaires. Le licenciement a été sollicité, dans un second temps, par un représentant syndical au conseil conventionnel.

a- La Cour de cassation

La Cour de cassation n’est pas du même avis que la Cour d’appel.

La Cour a tout d’abord rappelé que :

  • L’employeur est soumis à une obligation de sécurité envers les salariés ;
  • L’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs et faire cesser notamment les agissements sexistes ;
  • Le fait de tenir, envers deux de ses collègues, de manière répétée, des propos à connotation sexuelle, insultants et dégradants, était de nature à caractériser une cause réelle et sérieuse de licenciement quelle qu’ait pu être l’attitude antérieure de l’employeur face à des faits similaires.

2/ Conclusions

En conséquence, il résulte de cette décision que :

  • Le défaut de sanction antérieure du salarié pour des faits similaires ne crée pas une protection contre le licenciement en cas de réitération des faits fautifs ;
  • L’obligation de sécurité de l’employeur vis-à-vis des autres salariés légitime d’autant plus le licenciement du salarié pour de tels faits.

Des questions ? Notre équipe juridique se tient à votre disposition !

Zest' Avocats vous recommande :

Rupture conventionnelle et vice du consentement de l’employeur Nullité de la rupture et requalification en démission !

Rupture conventionnelle et vice du consentement de l’employeur

Le salarié a sollicité une rupture conventionnelle auprès de son employeur. Il a justifié qu’il souhaitait effectuer une « reconversion dans le management ». L’employeur a accédé à sa demande. Ce dernier a découvert, plus tard, que le salarié avait en réalité pour projet de créer sa propre entreprise avec deux anciens salariés de la société et dans le même secteur d’activité que celle-ci.

Lire la suite